Le gouvernement flamand Jan Jambon Ier mise sur l’économie circulaire

La fédération a pu mettre la main sur le nouvel accord de gouvernement flamand. Voici une première analyse des passages les plus importants pour notre secteur, tirés de ce document volumineux.

Le gouvernement fait figure d’exemple

Même si le résumé diffusé le lundi 30 septembre par les négociateurs du gouvernement flamand ne le laissait pas présager, la Flandre continuera bel et bien à édifier une société circulaire dans les années à venir. Et c'est en son sein que les autorités flamandes assumeront leur rôle d’exemple, notamment en travaillant avec des règles de priorité circulaires dans les marchés publics. En outre, la Flandre renforcera son engagement en faveur de la conception circulaire et des achats circulaires dans le cadre d'instruments tels que l'obligation de reprise et les green deals.

L'importance du recyclage mise en avant

L'un des piliers de la Flandre circulaire à laquelle aspire Jambon I est la réalisation de produits mieux réutilisables, réparables et recyclables. Le recyclage en constitue le point d’orgue afin de maximiser la récupération de toutes les matières premières.

Pour souligner l'importance du recyclage, la Flandre veut évoluer, à l’horizon 2030, vers un taux de recyclage général de 77,5% (contre 70% aujourd'hui). 

Par ailleurs, la collecte sélective des déchets recyclables doit encore s’améliorer. D'ici 2030, au moins 50 % de toutes les fractions recyclables des déchets ménagers et industriels devront être recyclés. A cet égard, les autorités voient essentiellement des opportunités au sein des flux de déchets bio-organiques, des plastiques, des papiers et cartons, et des textiles. Ces prochaines années, de nombreux efforts seront donc déployés pour renforcer le message de tri pour ces flux. 

Pour y parvenir, le gouvernement flamand appelle le secteur à examiner conjointement le développement des possibilités de recyclage en Flandre. L’ambition de la Flandre, ces prochaines années, est de recycler autant que possible sur son propre territoire.

L'économie circulaire utilisée pour la première fois pour le climat

La Flandre souhaite ainsi affermir sa propre position concurrentielle au sein de l'économie mondiale et renforcer ses ambitions climatiques. Car en transformant localement des déchets en de nouveaux matériaux, nous pouvons éviter de grandes quantités d'émissions de gaz à effet de serre. 

Cela fait longtemps que la fédération le souligne : plus de 60% des émissions de gaz à effet de serre sont dues à l'extraction, à la production, au transport, à la consommation de matières premières, de produits, etc. C’est désormais ce même message qui figure au sein de l’accord de gouvernement flamand.

Renforcement de Vlaanderen Circulair

Pour mettre en lumière l'importance d'une économie circulaire, le gouvernement flamand adaptera également la gouvernance de Vlaanderen Circulair en tant que plateforme centrale pour l'économie circulaire. L'objectif est que chaque domaine de politique puisse jouer un rôle important dans la gestion de Vlaanderen Circulair.

Réduire la « montagne de déchets »

Le gouvernement flamand souhaite également réduire la quantité de déchets incinérés et mis en décharge au cours de la prochaine législature. L'une des conséquences en est que la capacité d'incinération de déchets sera réduite. Compte tenu de la pénurie de capacité existant déjà sur le marché à l’heure actuelle, nous sommes curieux de voir comment le nouveau ministre compétent (dont le nom n’a pas encore été révélé) compte résoudre ce problème.

Intensifier la lutte contre les déchets sauvages

Le gouvernement Jambon I intensifiera également la lutte contre les déchets sauvages. A cette fin, le gouvernement en appelle à la responsabilité de chacun. 

A cet égard, le gouvernement mise notamment sur des contrôles renforcés. Avec un nouveau ministre flamand en charge de la Justice et de son exécution, cette ambition pourrait devenir très concrète.

En outre, le secteur de l'emballage devra respecter ses engagements ambitieux. Tous les accords du Plan Emballage 2.0 devront être réalisés. S'il s'avère que, d'ici fin 2023, ces objectifs n'auront pas été suffisamment atteints, le gouvernement procédera à l'introduction d'un système de consigne ou autre système de récompense.

Une économie circulaire pour les plastiques, à l’échelle européenne

Au niveau européen, la Flandre veut travailler sur une économie circulaire européenne pour les plastiques dans laquelle les plastiques sont recyclables et recyclés au maximum. 

En outre, la Flandre souhaite plaider, au niveau européen, en faveur de l’interdiction d'utilisation des microplastiques dans les cosmétiques, les produits de soin et les produits d'entretien. Et pour une stratégie plus large pour les produits à usage unique, indépendamment des matériaux dont ils sont constitués.

Une meilleure harmonisation entre les régions

Dans l'accord de gouvernement, les partis du gouvernement flamand expriment aussi leur volonté d’uniformiser la politique de gestion des déchets en Belgique. A cette fin, on examinera de quelle manière et pour quels flux il est nécessaire de renforcer et améliorer la coordination entre les différentes régions au niveau des obligations de reprise. Si nécessaire, la Flandre souhaite même le faire par le biais d'un accord de coopération.

Un nouveau rôle pour les intercommunales ?

Enfin, la Flandre souhaite également se pencher, de concert avec les communes, sur le rôle que les autorités pourraient remplir au mieux dans les installations de traitement des déchets. Et ce dans l’optique où le gouvernement doit se concentrer principalement sur la prévention et la politique en matière de déchets. Quoi qu'il en soit, les intercommunales devront s'efforcer d'améliorer leur efficacité et d'optimiser la concrétisation de leur zone d’activité au cours de la prochaine législature.

Un rôle central pour la coopération

Pour réaliser tous ces projets, le nouveau gouvernement flamand compte sur des partenariats entre des entreprises, instituts de la connaissance, la société civile et des autorités. Ainsi que sur des partenariats dans lesquels les matières premières et l'énergie font l’objet d’échanges de manière optimale.

La fédération s’efforce d’ores et déjà de jouer, en collaboration avec les différents acteurs, un rôle central dans le développement d'une société flamande circulaire offrant un avenir aux matériaux utilisés.

Le texte intégral de l'accord de gouvernement flamand 2019-2024 peut être consulté ci-dessous :